Oldelaf – Les mains froides

150221_oldelaf_franck_bohbot

0

Oldelaf – Les mains froides

Oldelaf, « les mains froides »

Olivier Delafosse, dit Oldelaf, est un auteur-compositeur-interprète, chanteur humoristique et musicien français né le  en Île-de-France.

Né en région parisienne, Olivier Delafosse apprend le piano dans son enfance. Dès 14 ans, il commence à composer des chansons qu’il interprète au sein d’un groupe de lycéens. Après le baccalauréat, il suit des études de musicologie, devient animateur socio-culturel et enseigne un temps la musique au collège. Très tôt cependant, il décide de « monter à Paris ».

Nom Olivier Delafosse

Nationalité Française

Activités principales  auteur-compositeur-interprète, chanteur humoristique et musicien

Genre musical Chanson Française, Humour

Année actif depuis 2010

Site officiel http://www.oldelaf.com/ 

Les mains froides 

C’était si beau la rue Monge sous la neige
Et je marchais les deux mains dans les poches
Toutes trouées de mon pantalon beige
Pourquoi d’ailleurs avais-je mis le plus moche
Je t’ai croisé sans vraiment m’y attendre
Et en même temps on avait rendez-vous
Tu as souris et t’es venu me prendre
Les mains que je plaquais dans mon futal à trous

Je me souviens que j’avais les mains froides
Je tremblotais et j’étais à la traîne
Tu ne devais pas les trouver si froides
Car malgré tout tu les laissas dans les tiennes

On a marché vers la rue des écoles
On s’est posé tout au fond d’un bistro
Je t’exposais une théorie folle
Que par ce temps c’est sympa un thé chaud
Toi tu souriais en plissant tes yeux noirs
Que je voyais même sans les regarder
Tu t’es levé t’as payé au comptoir
Puis t’es venu par les mains me chercher

Je me souviens que j’avais les mains froides
Je tremblotais et j’étais à la traîne
Tu ne devais pas les trouver si froides
Car malgré tout tu les laissas dans les tiennes

On est allé dans ta chambre au sixième
J’avais prévu de tes lire des poèmes
T’as mis un vieux disque de Billy Paul
Je me suis tu et j’ai lu les paroles
Il te restait quelques gouttes de Madère
J’ai dit pas trop tu m’as servi un verre
Et au moment où j’allais y goûter
Tu m’as souri et tu m’as embrassé

Je me souviens que j’avais les mains froides
Je tremblotais et je me sentais nul
Tu ne devais pas les trouver si froides
Car malgré tout tu les laissas sous ton pull

Tu m’as dis gars j’aime me bien tes manières
Et moi j’ai dis je connais un poème
Tu m’as souri et éteins la lumière
Dans mon oreille t’as glissé un je t’aime
J’aurai dû dire un mot tendre et sympa
Mais moi je t’ai juste dit rien du tout
Puis doucement tu t’es collé à moi
Et pour le reste ça n’appartiens qu’à nous

Je me souviens que j’avais les mains froides
Je tremblotais et je me sentais bien
Tu ne devais pas les trouver si froides
Car malgré tout tu les laissas sur tes seins